• Pourquoi vouloir devenir EJE?

    Il ne faut jamais dire qu'on veut être EJE car on aime les enfants.

    On veut être EJE parce qu'on aime travailler avec les enfants, pour les accompagner, la réflexion constante, les projets ou pratiques mises en place, pour qu’ils se développent, pour qu’il s’épanouissent, pour le travail en équipe, la remise en question, l'observation.

    On exerce pas ce métier parce qu’on aime les enfants (même si à la base cela est indispensable), mais parce qu’on aime leur compagnie, leur joie de vivre, les interactions qu’on prend plaisir à observer etc.
    On veut être EJE parce qu'on s'intéresse à leur devenir dans la société, c’est au moment de la petite enfance que se joue plein de choses importantes pour le développement à venir, en tant qu’adolescent puis adulte.

    Quel rôle pour l’EJE dans une section de bébés ?

    Cela parait incroyable, mais des professionnels se posent encore cette question. C’est vrai ça, pas besoin d’être éduc pour donner un biberon à un bébé avant de le mettre au lit. Le bébé est une personne, certes, mais une personne qui n’a besoin de rien d’autre que de manger, de dormir ….. Mais non pas que ça !!

    Alors quel rôle pour l’EJE en section bébés ?

    • Assurer la sécurité affective de chaque enfant

    Les soins corporels, aussi important soient-ils, ne suffiront pas à l’enfant pour se sentir contenu affectivement. L’EJE devra travailler avec son équipe afin de rassurer les enfants. En effet, des enfants de moins de 18 mois (et même plus), très centrés sur eux même, peuvent avoir des difficultés à vivre en collectivité. Il faudra créer des repères et des rituels qui permettront peu à peu  aux bébés d’appréhender les différents moments de la journée.

    Rituels dans le temps

    • temps de chansons en milieu de matinée

    • marionnette avant le repas

    • déshabillage avant la sieste...

    De repère dans l’espace

    • réfléchir au positionnement des adultes dans la pièce

    • Penser l’aménagement de l’espace afin d’éviter les interactions négatives

    • Ranger les jeux pour que les enfants puissent les retrouver facilement...

       

    • Assurer l’individualité de chaque enfant

    Pas évident dans un groupe de 5, 10, 15, 40 enfants mais qui doit rester un axe de travail primordial dans notre quotidien. L’enfant a besoin de se sentir exister pour grandir pleinement, en se reconnaissant comme un être qui vaut la peine d’être considéré et respecté. Comment individualiser au mieux les moments de jeux, de repas, de change, de sommeil... ?  L’EJE va encourager une réflexion dans ce sens.

    • Penser le jeu et la motricité en fonction de leur compétence

    L’EJE va proposer différents jeux adaptés à leurs âges, et aussi au moment de la journée. Il va être vigilant à l’ambiance générale du groupe et adapter les « activités » pour répondre aux besoins du moment des enfants.

    L' EJE veillera également à ce que les enfants accueillis puissent évoluer librement qu'ils ne soient pas mis dans des positions qu’ils ne maîtrisent pas pour qu'ils aient confiance.

    • Accompagnement à la parentalité

    La section des bébés est aussi l’occasion d’accueillir les parents dès leur entrée en crèche. Un lien de confiance se crée entre les parents et l'EJE. Ainsi, les parents pourront exprimer leur questionnement plus facilement. Le rôle de prévention de l’EJE a alors toute sa place dans cette section.

    • L’Observation

    Un outil essentiel des ccompétences de l'EJE est l’observation. Observer pour réajuster au fur et à mesure de l’année l’aménagement de l’espace, les jeux proposés, les rituels...

    Observer également pour échanger avec les parents, avec d’autres professionnels, pour prévenir de certains troubles ou pathologies.

     

    EJE et Auxiliaire Puéricultrice

     

    L'EJE est garante du projet pédagogique. En effet, au quotidien, l'EJE amène la réflexion concernant :
    - l'aménagement de l'espace
    - l'organisation des repas
    - la prise en charge de l'objet transitionnel tout ceci par rapport à la connaissance du développement et de la psychologie de l'enfant donc ce qui se joue pour l'enfant à telle ou telle période...
    - L'EJE anime les réunions d'équipe en collaboration avec la direction
    - L'EJE met en place différents projets (ex : partenariat avec la médiathèque, coin lecture...)


    Le rôle de
    l'EJE est plus basé sur l'éveil, et l'Auxiliaire de Puériculture sur les soins.

    Il y a une différence fondamentale entre les deux métiers : en structure d'accueil, on compte une AP pour 8 enfants qui marchent (ou 5 bébés), alors qu'il y a un EJE par tranche de 40 enfants.

     

    EJE et AP apportent un regard et des conceptions différentes et complémentaires sur l'enfant.


    Les fonctions de l'EJE consistent à être moteur, apporter des réflexions sur ce qui peut être mis en place pour un accueil adapté aux enfants et aux familles...Réfléchir, en impliquant les AP et autres pros (CAP...) dans cette recherche du bien être de l'enfant.


    La différence entre une EJE et une institutrice en maternelle est pour moi assez flagrante. À l'école, les enfants changent de statut : ils deviennent élèves et sont considérés comme tels. Il s'agit d'apprentissage à proprement parlé selon un programme scolaire préétabli, et ceci pour tous les élèves sans exception. Pour beaucoup de parents, l'échange entre une EJE et l'enfant et l'Institutrice et l'enfant n'est pas le même.

    En effet, il est très difficile parfois de prendre en compte l'enfant dans son individualité en crèche ou dans une autre structure mais c'est pourtant la base du travail d'une EJE. En école, cet aspect est beaucoup moins pris en compte : le programme est le même pour tous alors que l'EJE s'intéresse à chaque enfant dans son individualité. À l'école, l'institutrice est formée sur comment et quoi « enseigner » , et ce pour les enfants de maternelle comme de primaire : il n'y a pas cette spécificité de la connaissance du jeune enfant et de son développement qui réside dans le travail de l'EJE.
    Quant au niveau social, une EJE prend en compte l'enfant dans sa globalité donc dans tout son environnement (famille, lieu de vie...) et elle s'adapte à cela. Ainsi, chaque enfant est différent, va à son propre rythme en fonction de son vécu, de ses potentialités... De ce fait, les comparaisons entre les enfants sont à bannir. Un instituteur enseigne, un EJE éveille.

    Les EJE qui travaillent en crèche et les EJE qui travaillent en contact avec des enfants handicapés, malades ou en difficulté ont des profils différents. L'EJE est tout d'abord un spécialiste de la petite enfance, il n'interviendra pas souvent au niveau médical mais aura un rôle très important au niveau psychologique : il y a un très gros travail au niveau de l'accompagnement des parents autant que des enfants, il faut arriver à les rendre autonomes, à leur faire accepter leur maladie ou leur handicap. L'EJE est un vrai spécialiste de la petite enfance, il a une connaissance approfondie du petit enfant et à tous les niveaux (santé, psychologique, pédagogique...). L'Educateur spécialisé ne s'occupe pas uniquement des enfants, il est également en contact avec des adolescents ou des adultes alors que l'EJE est spécialiste des enfants qui ont de 0 à 7 ans.

    La différence la plus visible entre l'éducateur spécialisé et l'EJE est que l'éducateur spécialisé travaille avec la personne qui présente le symptôme, c'est elle qu'il veut aider d'abord et avant tout tandis que l'EJE travaille avec l'environnement de la personne en difficulté pour adapter celui-ci aux besoins particuliers de la personne. C'est pourquoi il est important de savoir travailler en partenariat, puisque la plupart des professions d'ordre sociales sont complémentaires les unes aux autres.



    votre commentaire
  • ETABLISSEMENTS D’INTERVENTION DE L’EJE 
    
    
    LES STRUCTURES PETITE ENFANCE 
    
    Elles veillent à la santé, à la sécurité et au bien être des très jeunes enfants et ont pour missions de contribuer à leur développement et à leur éveil, au cours d’une période déterminante de leur vie, en répondant au bien être de l’enfant, c’est répondre à ses besoins physiques, psychiques et affectifs (besoins de sommeil, de nourriture, de soins, d’hygiène et de sécurité) et en favorisant l’éveil (curiosité de l’enfant, désir d’apprendre, d’expérimenter et de s’exprimer) dans un environnement sécurisant et ludique. 
    
    Multi accueil (Décret 2000) 
    Structure qui associe accueil régulier et accueil occasionnel, et donc différentes formules 
    d’accueil : accueil à temps partiel, ou ponctuel ou urgence, ou crèche/ halte garderie et 
    crèche familiales. 
    
    Crèche collective 
    Accueil enfants de moins de 4 ans, non scolarisés, dans la journée et de façon régulière (peut être temps partiel). Encadrement 1 adulte pour 5 enfants qui ne marchent pas et 1 adulte pour 8 enfants qui marchent. 
    
    Crèche d’entreprise 
    Mêmes missions, mêmes règles d’agrément et de financement. Depuis 2004 mesures incitatrices pour encourager la création de mode d’accueil par les entreprises. 
    
    Micro crèche (décret 2007)  
    Accueil de 9 enfants de moins de 6 ans assurés par 3 personnes ayant 5 ans expérience 
    professionnelle pour AM et/ou 2 ans d’expérience auprès jeune enfant et une qualification de niveau V. Minimum de 2 personnes si plus de 3 enfants présents. Peut être créée par un particulier, une commune, département, région, établissement public, association, organisme à but lucratif (SARL, EURL, SA…). Pas de directeur, mais un gestionnaire et un référent. 
    
    Halte garderie 
    Correspond aux besoins temporaires et ponctuels des parents, de courte durée. Accueil enfants de moins de 6 ans. Capacité moyenne est de 20 enfants 
    
    Jardin d’éveil (Décret Morano) 
    Accueil enfants de 2 à 3 ans, en 2 unités de 12 enfants 
    Structure intermédiaire entre la famille, la crèche ou l’assistante maternelle et l’école 
    maternelle, le jardin d’éveil doit faciliter l’éveil progressif de l’enfant. Les enfants pourront ne pas être propres. 
    
    Crèche familiale ou service accueil familial 
    Intermédiaire entre accueil collectif et accueil par une assistante maternelle agrées Encadrées par équipe pluridisciplinaire.
    Accueil individualisé et des temps collectifs pour l’éveil et la socialisation 
    Recrutement des familles et tâches administratives faits par la structure 
    Stabilité de l’emploi, primes, formations pour les AM. 
    
    Accueil parental 
    Regroupe crèche collective, halte garderie et multi accueil, sous gestion associative parentale. Les parents usagers participent à l’accueil des enfants en raison d’une demi-journée par semaine ou par quinzaine. Capacité de 20 places maximum, permanence d’un professionnel obligatoire. 
    
    Halte garderie itinérante  
    Une structure d’accueil pour les enfants de moins de 6 ans avec priorité accordée aux plus 
    jeunes, non scolarisés. 
    Un accueil itinérant sur plusieurs communes dans des salles mises à disposition par les 
    collectivités locales, offrant un espace de jeux, un coin repos, des sanitaires et un espace 
    cuisine destinés à l’accueil des enfants. Ces salles sécurisées sont soumises aux contrôles des services de la Protection Maternelle et Infantile. 
    Une équipe de professionnels de la Petite Enfance se déplace chaque jour avec un véhicule 
    utilitaire chargé du matériel pédagogique et l'installe de façon adaptée selon les espaces mis à disposition et la constitution du groupe d’enfants. 
    Une capacité d’accueil de 12 places simultanément. L'accueil est possible à l’heure, la demi-journée ou la journée entière de façon régulière ou occasionnelle selon la demande des familles. 
    Ce service d’accueil de proximité s’adresse aux communes en milieu rural ou semi rural. 
    
    Lieu passerelle 
    Le lieu passerelle prépare l’entrée à l’école maternelle. Il facilite la transition entre la vie dans le milieu familial et la vie à l'école, prépare les parents et les enfants à la vie en collectivité, prévient les difficultés d'adaptation à l'école maternelle. 
    Espace réservé aux enfants de 2 à 3 ans qui seront scolarisés accompagnés d'un parent ou d'un grands-parents. 
    Plusieurs activités sont proposées : 
    -des ateliers d'éveil (activités manuelles, lecture, comptines, éveil musical…) auxquels 
    les parents sont invités à participer  
    -des temps partagés à l'école, afin de familiariser les enfants et leurs parents à la future 
    scolarisation
    -des rencontres entre parents et professionnels pour échanger sur des thèmes liés à 
    l'entrée à l'école. 
    
    LAEP : Lieu d’Accueil Enfant Parent 
    Les LAEP, en référence à la maison verte impulsée par Françoise DOLTO, sont des espaces 
    prévus pour accueillir enfants et parents, pour être ensemble dans les jeux et les échanges. 
    La spécificité de ces lieux se fonde sur le lien familial et la prévention de la relation enfants-parents. L’enfant est accueilli en présence d’un parent dont la participation est basée sur le volontariat, l'anonymat et la confidentialité. Les LAEP doivent justifier d'une convention avec la CAF sur la base d'un projet. La prestation de service est attribuée à des structures accueillant des enfants de moins de 6 ans accompagnés d'un adulte. Les professionnels sont des accueillants. 
    
    Ludothèque 
    Une ludothèque ou joujouthèque (québécisme) est un équipement culturel associatif ou public mettant à la disposition de ses membres des jeux et des espaces de jeu. Ses principales activités sont le jeu sur place et le prêt des jeux et jouets ; ses interventions se déroulent dans ses locaux ou dans d'autres structures, comme les crèches, les écoles, les centres sociaux, les hôpitaux, les comités d'entreprise... 
    Certaines ludothèques se spécialisent autour d'une pratique commune du jeu, comme le jeu de rôle, le jeu vidéo, d'autres privilégient les handicapés, les enfants, les personnes âgées ou les adultes en proposant des activités répondant plus particulièrement à 
    leurs attentes. 
    Les ludothèques permettent de mettre en valeur leurs fonctions sociales comme lieu d'échanges, de rencontres culturelles et intergénérationnelles. 
    
    ALSH : Accueil de Loisirs Sans Hébergement 
    Le terme d'« accueil de loisirs » a remplacé, en juillet 2006, le centre de loisirs sans 
    hébergement (anciennement centre aéré et le patronage). 
    Le terme centre de loisirs sans hébergement ou CLSH a été utilisé bien après avoir été 
    transformé en centre de loisirs (23 janvier 2003) puis en accueil de loisirs le 8 juin 2006. 
    Il s'agissait d'offrir aux enfants scolarisés (de 3 à 17 ans) des loisirs de proximité. Le centre de loisirs était soumis à la législation en vigueur quant à l'accueil et à l'encadrement des mineurs. 
    Ils étaient sous tutelle du ministère de la Jeunesse et des Sports et de la Protection maternelle et infantile (PMI) pour les moins de six ans. 
    L'action des Centres de loisirs s'intégrait dans une démarche de complémentarité avec les 
    autres espaces éducatifs que sont l'école et la famille. À ce titre, chaque directeur rédigeait avec son équipe un document concerté (plus communément appelé « projet pédagogique ») dans lequel ils déclinaient des objectifs pédagogiques, issus de l'éducation populaire. 
    
    STRUCTURE PETITE ENFANCE EN SITUATION DE HANDICAP 
    
    SESSAD : Service d’Education Spécialisé et de Soin A Domicile 
    Dépend d’une association (ADAPEI, Alfred Sauvy…). Spécialisé en fonction d’un certain 
    handicap (Moteur, mental, autisme…) 
    Mission : favoriser l’intégration en milieu ordinaire. Propose des actions éducatives et 
    thérapeutiques. Composé d’une équipe pluridisciplinaire. 
    
    Le SESSAD peut venir dans les structures pour apporter un conseil, une information sur le 
    handicap auprès de l’équipe de la structure, et de l’accueil (aménagement de l’espace par 
    exemple) d’un enfant porteur de handicap. Financé par la CPAM et la DRJSCS. La MDHP 
    oriente les familles et donne allocation aux familles. 
    
    CAMSP : Centre d’action Médico-social Précoce 
    Objectifs : dépister, traiter et rééduquer des enfants handicapés de moins de 6 ans qui 
    présentent des déficiences sensorielles, motrices ou mentales. 
    Dépistage des troubles de l’enfant, diagnostic et prise en charge individuelle et en groupe. 
    Equipe pluridisciplinaire qui travail en complémentarité. Le travail de l’EJE est basé sur de 
    l’observation de l’enfant autour de thème comme la séparation, les activités libres, les 
    activités dirigées, la communication, la socialisation, le rapport aux autres, l’autonomie, la 
    psychomotricité et la compréhension. Observation dans les milieux sociaux fréquentés 
    (crèche, école, centre de loisirs…) 
    Mission est d’insérer le jeune enfant dans son milieu familial et social, et soutenir son 
    développement harmonieux, en collaboration avec la famille. 
    Agréé par la CPAM et la PMI et financé par la CPAM et CG 
    
    IME Institut Médico-Educatifs 
    Institution spécialisée qui prend en charge des enfants et des adolescents de 3 à 18 ans 
    handicapés, non intégrables (momentanément ou durablement) dans les établissements de 
    l’éducation nationale. Utilité sociale des IME : dans le cadre du projet individuel, apporter en lien avec la famille, au bénéficiaire accueilli une réponse individualisée en vue de promouvoir ses compétences, à faire face aux exigences et situations de la vie quotidienne pour une plus grande autonomie personnelle et une intégration sociale. 
    
    Pour y parvenir, ils répondent à diverses prestations : 
    Développer chez le bénéficiaire l’apprentissage de « savoir-être » (propreté, hygiène, 
    alimentation, etc.) 
    Susciter chez le bénéficiaire l’apprentissage et le respect des règles de vie collective et les 
    codes sociaux. 
    Développer les capacités de créativité, d’expression et de communication verbales et non 
    verbales du bénéficiaire. 
    Assurer le développement cognitif, l’accès à l’apprentissage scolaire et à la culture. 
    Proposer au bénéficiaire une aide et un soutien psychologique et psychothérapeutique. 
    Assurer les rééducations nécessaires (psychomotricité, orthophonie, etc.). 
    Assurer au bénéficiaire une coordination médicale générale et spécialisée. 
    Stimuler le développement physique et corporel. 
    Veiller à la protection et à la sécurité du bénéficiaire. 
    
    IEM : Institut d’éducation motrice 
    Etablissement accueillant des jeunes handicapés moteurs à leur sortie des centres de 
    rééducation fonctionnelle. 
    Contenu formation : enseignement scolaire et professionnel, accompagné d’un ensemble de soins requis pour la rééducation. 
    
    STRUCTURES PETITE ENFANCE A VOCATION SOCIALE 
    
    Centres maternels 
    Accueil et aide aux mères isolées, démunies. Missions en direction de la mère et de l’enfant. Il participe au dispositif de protection de l’enfance. Tous les conseils généraux ont obligation d’organiser sur leur territoire départemental un accueil pour les mères isolées et leur enfant jusqu’à 3 ans (Article L222-5 du Code de l’action sociale et des familles). Ce sont des établissements sociaux et médico-sociaux dans lesquels s’applique la loi 2002-2 de la rénovation de l’action sociale. 
    Il peut y avoir une crèche au sein du centre, mais il ne répond pas aux normes relevant du 
    décret 2000/2007, mais à la loi de 2002. La circulaire du 23 janvier 2001 donne les missions 
    des centres maternels, qui servent de cadre général. 
    
    Pouponnière 
    Les pouponnières à caractère social ont pour objet de garder jour et nuit les enfants de moins de trois ans accomplis qui ne peuvent ni rester au sein de leur famille ni bénéficier d'un placement familial surveillé et dont l'état de santé ne nécessite pas de soins médicaux.

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique